TEASER DU FILM VOLEUR DE FEU

 

 

 

VOLEUR DE FEU

à la carte sur la plateforme

UNIVERSCINÉ

 

 

Le film VOLEUR DE FEU été labéllisé “Short Film Market Picks”.

Les différents comités de sélection du Festival du court métrage de Clermont-Ferrand ont décidé cette année de mettre en valeur les films qu’ils ont particulièrement appréciés.

Ces œuvres apparaitront sous le label « Short Film Market Picks » sur des supports tel que le Catalogue Marché, offrant ainsi une meilleure visibilité pour les films choisis.

Sur plus de 8 000 films soumis, 457 ont été labellisés.

130038967_1107146379722295_8432689665535613923_o

VOLEUR DE FEU selectionné au LAMEZIA INTERNATIONAL FILM FESTIVAL, Calabre, Italie. Le festival se déroule en ligne pour cause de Covid du 11 au 17 décembre 2020. Plus de 100 courts-métrages selectionnés. Pour les voir, envoyer un message au festival sur Facebook ou à lameziafilmfest@libero.it et connectez-vous sur lameziainternationalfilmfest.wordpress.com avec le mot de passe fourni.

 

Après 25 années passées dans l’univers de l’image et la musique à Paris, je me suis installé dans le bocage normand pour me consacrer entièrement à mes projets d’écriture et de composition.

VOLEUR DE FEU est mon premier court-métrage produit. Soutenu par la région Normandie et produit par La Mansarde Cinéma, la post-production s’est terminée mi-2020. Depuis le film porte son masque en attendant la réouverture des salles de cinéma et les festivals qui voudront bien le programmer.

Je développe un autre court et un long métrage en plus de l’écriture d’un roman. Je suis également devenu maire de mon petit village de 60 habitants. 

« Le réel me donne de l’asthme »

Emil Cioran

« Mon premier film était si mauvais qu’aux États-Unis, dans sept états, ils l’utilisent pour remplacer la peine de mort ».

Woody Allen, avant sa condamnation.

« Je ne me suis jamais demandé si les gens comprennent ce que je fais. La réaction émotionnelle est la seule chose qui m’intéresse. Du moment que cette communication instinctive s’établit, la compréhension n’est plus nécessaire. »

John Coltrane